Taupier professionnel à votre service contre les taupes et nuisibles de jardin en France – Gironde TAUPE-GIRONDE.FR
Contactez-nous

ARNAUD TORPIER

Votre taupier d'Aquitaine
Membre de taupiers.fr

à votre service en France - Aquitaine

06 42 48 00 47

info@taupe-gironde.fr

Demande de devis

 

Bienvenue sur le blog du taupier

Bientôt ici toutes les news et actualités d’Arnaud Torpier votre taupier professionnel d’Aquitaine.

 

LA TAUPE ET LE CAMPAGNOL TERRESTRE

“Chaque année, en France, 10 000 hectares sont dévastés par les campagnols terrestres”

La taupe, Talpa europea, est un mammifère insectivore, de la famille des Talpidés.

1- Morphologie

2- Régime alimentaire

3- Habitat et indice

4- Une reproduction raisonnable

Aire de répartition de la taupe

La taupe est présente dans toute l’Europe, la Sibérie et l’Asie centrale. En France on la retrouve sur toute les îles excepté la corse.

1- Morphologie :

  • Longueur tête et corps : 11 à 16 cm, longueur de la queue 2 à 4 cm
  • Poids : 60 à 130g
  • Pelage : variant du noir au gris
  • Corps fusiforme sans cou, yeux et oreilles minuscules.
  • Dents petites et pointues
  • Pattes antérieures très développées et équipées de fortes griffes en forme de pelle
  • Longévité : 3 ans, forte mortalité juvénile

2- Régime alimentaire :

VersLarve

La taupe est un insectivore, qui consomme quotidiennement 40 à 50 g de nourriture constituée d’animaux divers du sous-sol: vers de terre à hauteur de 80 à 90 %, vers blancs, chenilles, limaces, exceptionnellement petits mammifères.
3- Habitat et indice :

La taupe est présente sur tout l’hexagone et colonise un grand nombre de milieux. On la retrouve en forêt de feuillus, champs et prairies. On peut la rencontrer en plaine et en montagne jusqu’à 2000 m d’altitude.

Réseau de taupinièresLa taupe creuse ses galeries grâce à ses pattes antérieures, et les amas de terre expulsés forment des taupinières. Son réseau et plutôt linéaire et peut atteindre 200 m. Les taupinières ont un diamètre de 30 à 50 cm et sont hautes de 10 à 30 cm. Certaines galeries sont permanentes et profondes de 15 à 25 cm. D’autres sont plus superficielles et colonisent les premiers centimètres du sol. Ces galeries de surface sont réservées à la chasse, et sont utilisées par les mâles à la recherche de femelles.
Dans la phase de colonisation des parcelles, en début de cycle de pullulation, le campagnol terrestre utilise les galeries de taupe, et ses propres indices de surface n’apparaissent pas. De plus, les galeries de taupe augmentent la vitesse de colonisation des parcelles en créant de multiples voies souterraines d’accès pour les campagnols.

Réseau de taupinières

Taupinière

4- Une reproduction modérée :

La taupe est un animal peu sociable, plutôt solitaire, et ne vit pas en couple. Après l’hiver lorsque les températures redeviennent clémentes, les femelles se laissent féconder par les mâles, qu’elles repoussent aussitôt. Elles préparent alors les galeries de nidification qu’elles arpenteront lors de leur mise bas.

Sa période de reproduction s’étend de mars à juin. Sa gestation dure 28 jours. Le nombre de portée est de une par an, exceptionnellement deux, avec un nombre de petits qui varie entre 2 et 4 par portée. En 6 à 8 semaines les jeunes atteignent leur taille adulte, sont alors émancipés et vont s’installer dans leur propre terrier. La taupe atteint sa maturité sexuelle à l’âge de 11 mois.
LE CAMPAGNOL TERRESTRE

Le campagnol terrestre, Arvicola terrestris, est un mammifère rongeur de le famille des Cricétidés, sous famille des Arvicolinés.
Il existe deux formes, la forme fouisseuse et la forme semi-aquatique.

La forme semi-aquatique est inféodée aux milieux aquatiques et occupe surtout les berges des rivières et canaux ainsi que les marais pourvus d’une végétation abondante ou elle creuse un terrier assez complexe. En France ses limites de distribution ne sont encore pas bien connues, elle ne serait présente que sur la frange littorale des départements de la Somme, du Pas-de-calais et du Nord.

1- Morphologie

2- Régime alimentaire

3- Habitat et indices

4- Une reproduction explosive

5- Les dégâts

6- Le Phénomène de pullulation cyclique

7- Transmission de maladies

Aire de répartition du campagnol terrestre L’aire de distribution de la forme fouisseuse est vaste en Europe : France et Espagne (Massif du Jura, Massif Central, chaîne des Pyrénées,…) Grande Bretagne, Europe de l’est.

1- Morphologie :

  • Longueur tête et corps : 12 à 22 cm , longueur de la queue : 6 à 11 cm.
  • Poids : 80 à 180 g.
  • Pelage : brun roussâtre à brun noirâtre dessus, passant progressivement au gris jaunâtre sur le ventre.
  • Tête volumineuse arrondie, attache tête et corps peu marquée, yeux bruns et petits.
  • Oreilles courtes.
  • Incisives larges de 1.5 mm et longues de 7 à 8 mm, dépassant la lèvre inférieure.
  • Phalanges postérieures très développées (2.3 à 3.1 cm).
  • Longévité : 6 à 8 mois.
Campagnol terrestre

2- Régime alimentaire :

Pissenlit

Le campagnol terrestre est un herbivore. Sa consommation quotidienne équivaut à son poids en racines, de préférence charnues, type pissenlits, légumineuses, bulbes et rhizomes. Il ne boit pas.

3- Habitat et indices :
En France, la forme fouisseuse occupe les sols frais et humides. En dehors des zones de moyenne montagne, les populations sont espacées et occupent les jardins, les vergers, quelques cultures et prairies. Il peut être rencontré jusqu’à 2500 m.
Dans un premier temps ils colonisent les réseaux de taupes. Les terriers sont creusés profondément et suivent plusieurs niveaux. Il est possible de distinguer un niveau de galerie superficiel à moins de 20 cm de profondeur, un autre plus court peu descendre de 40 cm jusqu’à 1 m, il contient les nids, favorables pour passer la mauvaise saison et la reproduction. Son réseau peut atteindre 60 m. Les tumuli ont un diamètre de 15 à 25 cm, et une hauteur de 5 à 10 cm.
Le campagnol creuse ses galeries à l’aide de ces incisives. Il repousse la terre derrière lui en coordonnant les mouvements rapides des pattes avant avec ceux plus lents des pattes arrières. La terre est expulsée sous forme de tumuli, qui servent d’indices pour déterminer le degré d’infestation des parcelles.

Tumulus de campagnol terrestre

Tumuli de campagnol terrestre


4- Une reproduction explosive :

Le campagnol atteint une maturité sexuelle à l’âge de 2 mois. Sa période de reproduction s’étend d’avril à octobre. Sa durée de gestation est de 21 jours. 5 à 6 portées par an sont possibles, avec 2 à 8 petits par portée.
Voici un exemple de descendance d’un couple de campagnols au cours d’une année :

Une reproduction explosive

5- Les dégâts :

Le rendement fourrager chute de 50 % en moyenne et peut aller jusqu’à – 80 %.
L’impact des campagnols sur la composition botanique des prairies et son évolution n’est pas négligeable. Les légumineuses subissent une forte régression, alors que les graminées de moindre qualité fourragère augmentent, et d’autres plantes indésirables apparaissent, entraînant une diminution de la qualité fourragère. Ceci se répercutant sur la qualité de la production laitière, avec notamment une baisse du taux protéique, l’apparition de germes butyriques dus à la présence de terre.
D’autre dégâts peuvent être constatés en cultures céréalières, dans les vergers, les vignes, les forêts et espaces d’ornements et cultures maraîchères.

Pour en savoir plus

6- Le Phénomène de pullulation cyclique :

Cycle de pullulation du campagnol terrestre

Le cycle de pullulation du campagnol terrestre est pluriannuel, il dure 5 à 6 ans. Il se décompose en quatre phases bien distinctes, avec des pics d’amplitude variable : La phase de base densité, la phase de croissance, le pic de pullulation et la phase de déclin.

L’évolution du cycle est notamment limitée par l’action et le niveau d’abondance des prédateurs, les conditions climatiques, les parasites, les maladies et la capacité d’accueil du milieu.

Voici un exemple d’évolution de l’infestation en campagnols terrestres sur 8 années sur le département du Doubs (Brischoux et al., 2000) :

Vague de pullulation dans le Doubs

7- Transmission de maladies :

Le campagnol terrestre peut être le vecteur de maladie, notamment l’échinococcose alvéolaire.

LA METEO